Valence : les élections municipales en point de mire (épisode 7)

Publié le par Valentin

Dans les épisodes précédents... 

Les choses évoluent enfn et l'on commence à voir plus clair sur les choix qui seront proposés aux valentinois lors des prochaines municipales, en mars 2008.

La gauche a tranché dans la douleur : il y aura deux listes à Valence, l'une sous étiquette PS et conduite par Alain MAURICE dit Alain le Bourcain et l'autre sous étiquette des Verts et conduite par Michèle RIVASI. Les autres alliés de la gauche (PC et MRC) ont finalement choisi de rester du côté du PS.

Dans un communiqué de presse commun, PS et Verts essayent de nous faire croire finalement que rien ne les opposent. C'est donc certainement pour cela qu'ils ont fait deux listes séparés. Ils commencent déjà à nous livrer de la langue de bois avant même d'avoir commencé. Si chacun des partis est si proche l'un de l'autre, j'aimerais ici que l'on m'explique alors pourquoi faire deux listes ?

La vraie raison ?  Michèle RIVASI voulait être la 1ère Adjointe d'Alain MAURICE mais cette proposition était trop indécente pour certains socialistes comme Pierre-Jean VEYRET, conseiller municipal d'opposition, ou comme Zabida NAKIB-COLOMB, ex-candidate malheureuse aux législatives - et qui devrait être, elle, n° 2 de la liste d'Alain le Bourcain. 

Alors pourquoi la gauche valentinoise en est là ? Pour imiter la gauche française ? Peut-être ! Mais aussi et d'abord parce qu'Alain Maurice, transfuge bourcain, ne s'impose pas naturellement comme le candidat de toute la gauche. Aussi parce que Michèle RIVASI, avec ses 13 % aux législatives, a des "exigences" vis à vis de ses partenaires. Et enfin parce que des élus de l'opposition actuelle, tels que Gérard Bouchet ou Jacques Seguela, ont eu leur mot à dire sur l'orientation politique de la future liste de gauche. En bref, faute de "chef", tout le monde s'exprime mais personne n'est d'accord. Il n'y a qu'à voir ce qu'a subi Gérard Bouchet sur son blog, suite à son article "A mes amis "les verts"... Les commentaires sont édifiants et prouvent à quel point chacun campe sur ses positions. Pourtant, Gérard Bouchet n'exprime ni plus ni moins ce qu'il disait du PS il y a quelques mois. Mais voilà, le temps passe et les élections municipales à Valence approchent à grand pas : l'heure est au choix et non plus à la discussion. 

En tout cas, une chose est sure, la décision de faire deux listes séparés ne semble pas être une victoire pour la gauche, tant le silence est assourdissant sur les blogs de Gérard BOUCHET et d'Alain MAURICE.

To be continued...

Publié dans Ma ville : Valence

Commenter cet article