Valence : les Elections Municipales en point de mire (épisode 2)

Publié le par Valentin

Si visiblement la majorité municipale n'a pas de problème de leadership (cf. épisode 1), on ne peut pas en dire autant de l'opposition.

Tout commence en 2001 lorsque Michele RIVASI a pris la tête de liste à gauche contre Patrick LABAUNE. Le résultat est sans appel : la gauche est battue au 1er tour avec seulement 34 % des voix contre 58 % pour la liste de Patrick LABAUNE. Une claque monumentale ! L'opposition est réduite à 8 personnes au Conseil Municipale (contre 40 pour la majorité). Devenue simple conseilère municipale d'opposition, elle démissionne un peu plus tard, ne se sentant certainement pas à sa place dans son "simple" fauteuil de leader de l'opposition et ne faisant pas l'unanimité dans son propre camp. Madame ne peut se satisfaire de cette situation, elle qui croit qu'un destin national l'attend. D'ailleurs, il l'attend toujours !

Elle laisse alors la place à 2 "jeunes" apparatchiks du PS:  Pierre-Antoine MOLINA, "l'énarque austère", et  Pierre Jean VEYRET, "le gars sympa", deux vrais socialistes, contrairement à Michele l'apparentée. Les deux novices peinent alors à trouver leur place. Pierre-Antoine, censé emmener la gauche aux municipales de 2008, a du mal à s'imposer non seulement au sein de l'opposition réunie (PS, PC, Verts, MRC, divers gauche - toutes ces tendances étant représentées, je le rappelle, par 8 personnes seulement !) , mais aussi au sein de son propre parti. Il est difficile pour lui de faire son trou face à l'omniprésent Pierre-Jean, son challenger, et face aux éléphants de l'opposition - Jean-Michel BOCHATON, communiste, et Gérard BOUCHET, chevenementiste. Car finalement, ces deux là se sont rendus incontournables depuis 2001 et comptent certainement jouer leur carte en 2008.

MOLINA, VEYRET, BOUCHET, BOCHATON... un fauteuil pour 4 ? Je dirais plutôt un fauteuil pour 6 ! Car à chaque élection son lot de surprise. Et la surprise, ou plutôt les surprises, s'appellent Michèle RIVASI et... Alain MAURICE, conseiller municipal à Bourg-lès-Valence. Concernant la première, il est en effet tout à fait imaginable qu'elle ait envie de revenir sur la scène municipale pour prendre sa revanche de 2001. On la sait interessée pour reconquérir son siège de député. Une victoire aux législatives pourrait bien lui donner envie de se lancer à nouveau à la conquête de Valence.
Concernant le deuxième, c'est plutôt inattendu mais c'est un bruit que j'ai entendu. Mais ça c'est une autre histoire.

TO BE CONTINUED...

Publié dans Ma ville : Valence

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article