Les élections municipales en point de mire (épisode 4)

Publié le par Valentin

L'Association Droit de Cité
Son Conseil d'Administration, ses bénévoles,
Militants et Sympathisants,
Ont la profonde douleur de vous faire part de la perte de leur tête de liste bourcaine
survenue le 8 janvier 2008 à Valence.


Le nouveau candidat socialiste est arrivé !

Depuis longtemps on en parlait, le PS l'a fait : ils ont réussi à caser sur un même tract, qu'ils vont distribuer dans vos boîtes aux lettres, trois équations qui étaient jusqu'à présent incompatibles :

- le portrait d'Alain Maurice,
- le logo du PS
- la tête de liste aux prochaines municipales valentinoises

Et oui, ça y est. C'est pour de vrai. Alain le Bourcain sera le candidat du PS à Valence en 2008. C'est lui qui le dit aux venlentinois. Non, non, ne rigolez pas, c'est vraiment sérieux. Tellement sérieux qu'Alain le Bourcain, ayant un tel déficit d'image à Valence, part déjà , à raison, en campagne pour se faire connaître des valentinois. L'on devine déjà au travers de ce tract quels seront ses thèmes de campagne. Nous y reviendront.

Les réactions ne devraient pas tarder à se faire connaître.

To be continued...

Publié dans Ma ville : Valence

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

le vieux bourcain 15/01/2007 17:01

A. Maurice est de ces hommes dotés de beaucou^p de qualités mais qui les perdent quand ils se mettent en tête devenir politiciens professionnels à temps plein. Leurs vertus deviennent alors des vices au service de leur besoin de pouvoir.
Je serai votre candidat, Je m'engage, Je souhaite..... Le langage utilisé "parle" de lui-même., le "je" s'enfle démesurément et on ne voit plus que dans les affaires publiques c'est le nous qui compte le plus.
si tu veux vraiment servir l'intérêt général, Alain, cesse de dire JE et pense NOUS

le vieux bourcain 15/01/2007 16:59

A. Maurice est de ces hommes dotés de beaucou^p de qualités mais qui les perdent quand ils se mettent en tête devenir politiciens professionnels à temps plein. Leurs vertus deviennent alors des vices au service de leur besoin de pouvoir.
Je serai votre candidat, Je m'engage, Je souhaite..... Le langage utilisé "parle" de lui-même., le "je" s'enfle démesurément et on ne voit plus que dans les affaires publiques c'est le nous qui compte le plus.