Les élections municipales en point de mire (épisode 6)

Publié le par Valentin

Décidément pas contents Gérard Bouchet et Jacques Seguela et pour cause ! Le coup de force d'Alain le Bourcain ne leur plait pas du tout. On le savait déjà. Mais voilà le nouveau courrier qu'ils viennent d'envoyer au parti socialiste :

"Camarades,

Nous avons la triste impression qu’il va devenir très difficile de travailler ensemble au plan local, ce que nous avions pourtant parfaitement réussi à faire jusqu’ici malgré nos divergences. C’est d’autant plus paradoxal que, s’agissant de G. Bouchet au moins, le rapprochement de son parti avec le P.S autour d’une candidate commune aux présidentielles semblait ouvrir une autre perspective.

 

Le 15 décembre, vous écriviez, en réponse à notre courrier du 21 novembre : «  les socialistes Valentinois ne font pas passer la désignation d’une tête de liste avant toute discussion programmatique. Les socialistes désigneront, le moment venu, en fonction du calendrier fixé par leurs instances nationales le premier d’entre eux. Nous revendiquerons que la personne que nous aurons désignée conduise la liste de rassemblement, etc… » Nous pouvions interprêter ces affirmations dans un sens positif et cela nous avait été confirmé oralement par plusieurs responsables : la désignation d’A Maurice comme animateur du travail des socialistes était une disposition interne à votre parti et, s’agissant de la constitution d’une liste municipale, elle ne constituait pas, d’ores et déjà, un diktat à l’intention des partenaires potentiels.

 

Les faits invalident cette interprétation. Nous venons de trouver dans nos boites à lettres un tract, portant le sigle et l’adresse du PS, signé par Alain Maurice, où celui-ci déclare sans ambiguïté : choisi et soutenu par le Parti socialiste, je serai votre candidat aux prochaines élections municipales pour être Maire en 2008.

 

Cela a le mérite d’être clair, mais rend très complexe les perspectives de partenariat entre nous.

En effet, nous vous avions clairement dit que nous souhaitions être des partenaires et non du personnel au service du PS et de son candidat. Nous pensions que les forces de gauche rassemblées autour d’un programme élaboré en commun devaient, le moment venu, choisir ensemble un chef de file et l’organisation de liste la plus efficace, électoralement parlant, pour battre la droite.

Vous avez visiblement fait un autre choix . Sûrs de vous et dominateurs, sans même prendre la peine d’informer de cette initiative vos partenaires actuels de l’opposition, vous annoncez aux Valentinois, plus d’un an à l’avance, qui sera à la tête de votre liste. Votre candidat s’autorise même à indiquer qu’autour de sa personne il souhaite rassembler les forces de gauche comme si une élection municipale se réduisait à l’élection d’un homme providentiel et si le succès ne passait pas par le rassemblement obligatoire des forces de la gauche, unies autour d’un projet, qui se seraient collectivement choisi un chef de file.

 

Tout se passe donc comme si vous n’aviez rien entendu de ce que nous avons pu vous dire à la fin de l’année dernière ou, ce qui serait plus grave encore, comme si, l’ayant entendu, vous aviez délibérément décidé de passer outre. Ce n’est pas ainsi que vous rassemblerez et que vous gagnerez la mairie à la gauche.

Il est bien clair dès lors que, pour nous, la rencontre qu’A. Maurice a proposée pour le 29 janvier prochain n’a plus d’objet dès lors qu’il s’agit non plus de réfléchir ensemble à l’avenir, mais de se rendre à la convocation de celui qui est désigné, en dehors de tout projet collectif, et en dehors de toute discussion entre partenaires potentiels, comme le candidat pour être Maire. Vous n’organisez pas un partenariat, vous nous demandez un ralliement sans conditions.

Votre démarche - et la sienne - nous semble tout à fait impropre à rassembler, inefficace au plan électoral et globalement dangereuse pour le projet dont nous espérions que nous pourrions le poursuivre ensemble.

 

C’est votre choix. Ce ne sera pas le nôtre."

Pas content non plus les communistes valentinois qui veulent absolument voir leurs amis du PS pour leur parler du pays. La rencontre devrait avoir lieu ce jeudi. Le discours devrait être le même que celui de G. Bouchet et J. Seguela : donnez vos idées, voilà les nôtres, regardons si nous sommes d'accord et seulement après cela, nous discuterons pour voir avec qui et comment nous partons mener la campagne pour les municipales.

Alain le Bourcain disait recemment dans une interview à Drôme Info Hebdo : "J'ai rencontré l'ensemble des élus de l'opposition qui m'ont fait plutôt un bon accueil". Il a de la chance. Les élus de l'opposition auraient pu trés mal prendre son parachutage.

Et un peu plus loin, de rajouter : "Il faut d'abord renouer le dialogue avec les valentinois". Les élus de l'opposition son decidement trés sympas en lui donnant d'ores et déjà l'occasion de s'entrainer au renouage de dialogue...

To be continued...

Publié dans Ma ville : Valence

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article