La Drôme : l'autre pays de la présidentielle !

Publié le par Valentin

De toutes les façons, sa candidate, ce n'était pas vraiment elle. Donc pas si surprenante la démission d'Eric Besson. Il s'était fait attendre pour rejoindre le clan Royal. Il ne voulait pas se prononcer tant que Lionel Jospin n'avait pas dit ses intentions pour l'investiture PS. Il s'était finalement rallié à contre-coeur. Mais visiblement, pour lui aussi, le principal défaut de Ségolène est son conjoint. Il expliquera les raisons officielles de son choix cette semaine. Et certains disent que ça va flinguer...

Et que dire de Hervé Mariton ? L'homme qui se refusait de se rallier à Sarkozy. Il ne défend qu'un homme, Dominique de Villepin, qu'un seul homme soutient, Hervé Mariton. Il attendrait que Chirac dévoile ses intentions (certains disent même qu'il attendrait encore la candidature de Villepin ;-)). Quand on connaît l'homme, on rigole. Qui aurait pu prédire qu'il ferait parti des derniers chiraco-villepinistes, lui qui n'aime pas les gaullistes ! En voilà donc un qui ne veut pas rejoindre Nicolas Sarkozy. A moins que ce soit Sarkozy qui ne veuille plus de Mariton ! Il faut dire qu'il s'est donné de la peine depuis 2 ans.

Et Patrick Labaune ? Comme beaucoup de gaulllistes, il ne s'est pas reconnu dans la candidature Sarko. Son candidat était donc tout trouvé : Nicolas Dupont-Aignan. Mais voilà, Dupont-Aignan peine à avoir ses 500 signatures et ne décolle pas dans les sondages. D'ailleurs, il ne sera certainement pas candidat. C'est pourquoi Patrick Labaune, en bon pragmatique qu'il est, a rejoint les amis de Nicolas Sarkozy, certainement faute de mieux.

Et Gabriel Bianchéri ? Cet homme là, "chef" officiel de l'UMP dans la Drôme, ne fait pas connaître ses intentions. Il est pourtant senser coordonner et impulser la campagne du Président de l'UMP dans son département. De source officiel, il devrait se prononcer d'ici le 22 avril ;-)

Voilà un trés rapide tour d'horizon des soutiens parlementaires dans notre département. La Drôme donne du fil à retordre à nos candidats. Ces quatre là ne tombent pas dans le politiquement correct. Et rien que pour ça, je suis fier d'être drômois !

Publié dans Ma ville : Valence

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

hoss 21/02/2007 08:30

Dans le Dauphiné Libéré du 17/02/07, on apprend que l’association des amis de Nicolas Sarkozy est constituée à Valence, dont le responsable n’est autre qu’Alain Balsan. Et parmi les adhérents,  on retrouve Patrick Labaune qui abandonne lâchement Nicolas Dupont-Aignan, président de « Débout

la République  », un groupe politique de droite. Je vous rappelle que Labaune est le vice-président de ce groupe. Je savais qu’il n’avait ni face ni  dignité mais à ce point c’est au comble de la traitrise. Il retourne sa veste comme un lâche. Cet individu est vraiment immoral et incarne la honte de la ville de Valence. En abandonnant Nicolas Dupont-Aignan, il souhaite profiter de la notoriété de Sarkozy. De cette manière il croit avoir  plus de chance de se faire réélire sinon sans cela ses chances sont minces. Quoi qu’il en soit c’est un félon et un être malfaisant et cela ne changera jamais. Mais je ne désespère pas de le voir se faire battre aux législatives. Je ne supporte plus d’entendre son nom de fasciste. J’espère qu’il ne sera pas réélu comme député


. En tout cas, je le combattrai et je continuerai à dénoncer ses agissements contraire à la loi : la discrimination, dans l’attribution des logements sociaux, qu’il fait au sein de l’OPHLM et INSITU, de Valence. Je le dis clairement Patrick Labaune est un menteur, un raciste, un manipulateur, indigne de représenter les citoyens valentinois. Il ne m’impressionne pas le moins du monde. Pour moi c’est un "truand" de la politique qui profite du système : député bien trop souvent absent du banc de l’Assemblée Nationale. Il cumule avec 3 autres postes : conseiller régional, président de 2 bailleurs sociaux. Vous comprendrez que ça paye trop bien, comptez plus de 10 000 € par mois… Pas mal ; normal qu’il ne veuille pas perdre ses places où il ne fout pas grand-chose. Attention danger pour la démocratie ! Mais quand va-t-on réagir enfin et le mettre dehors ce "pseudo-député" sans scrupule, ni foi ni loi ? Même en politique, il y a des racailles… Hélas !

G. Bouchet 19/02/2007 23:54

On pourrait être fier, si on était sûrs que ces positions sont des positions de conviction alors qu'elles ne sont peut-être que des positions d'opportunité portées par le souci de conserver des postes électifs.
Il appartiendra aux intéressés de faire la preuve de leur sincérité. Or, les prises de position tardives, prudentes, voire même les retournement de veste ...ne plaident pas en faveur de cette sincérité