Valence : Le gouvernement au chevet de l'industrie de la chaussure de luxe

Publié le par Valentin

"ROMANS, capitale de la chaussure de luxe" : ce slogan pourrait devenir une marque du passé après l'annonce de la liquidation judiciaire de Stéphane KELIAN (143 emplois) et le redressement judiciaire de Charles JOURDAN (430 emplois). Une véritable catastrophe pour le bassin d'emploi romanais mais aussi pour le département de la Drôme et au delà, pour l'industrie de la chaussure de luxe en France. Pour preuve, le gouvernement a trés rapidement réagi, Jean-Louis BORLOO, accompagné de deux de ses ministres délégués, animant hier une réunion de travail en Préfecture de Valence. Espérons seulement que les annonces d'hier seront réellement éfficaces pour toutes les familles touchées.

A suivre...  

Ci-dessous, article du NOUVELOBS.COM | 26.08.05 | 09:11

Jean-Louis Borloo a annoncé la présentation d'un "contrat de site" après la défaillance des chausseurs de luxe Stéphane Kélian et Charles Jourdan.

  Jean-Louis Borloo (Sipa)
Jean-Louis Borloo (Sipa)
 
L e ministre de la Cohésion sociale, Jean-Louis Borloo, a promis jeudi 26 août à Valence qu'un "contrat de site" concernant le bassin de Romans-sur-Isère (Drôme) serait présenté dans six semaines. La région est touchée par la défaillance des chausseurs de luxe Stéphane Kélian et Charles Jourdan.
"Toutes les semaines, il y aura une réunion avec tous les partenaires, et dans six semaines on présentera un contrat de site avec l'accord du Premier ministre", a expliqué Jean-Louis Borloo, qui était venu rencontrer des salariés des deux groupes, des élus locaux et des représentants syndicaux en compagnie des ministres délégués à l'Emploi Gérard Larcher et à l'Industrie François Loos.
"Il nous faut travailler avec tous les partenaires (...), on a fait (jeudi) une réunion de travail, mais on n'est pas des magiciens", a-t-il ajouté.
Les mesures qui feront l'objet d'un contrat de site permettront aux 143 salariés de Stéphane Kélian, dont la liquidation judiciaire a été prononcée lundi, de bénéficier d'une convention de reclassement personnalisée (CRP), grâce à laquelle ils toucheront notamment 80% de leur salaire net pendant huit mois.
"On va essayer (...) que tous les salariés de Kélian soient en formation professionnelle et non au chômage", a souligné Jean-Louis Borloo.

"Faire venir des investissements étrangers"

"On va essayer de faire venir des investissements étrangers un peu exceptionnels vers la Drôme, qui a beaucoup d'atouts. Il ne faut pas laisser filer la richesse humaine", a conclu le ministre.
Par ailleurs, des aides à la filière de la chaussure ont été annoncées dans la soirée par François Loos, notamment en faveur de la recherche et de l'innovation.
Dans un communiqué publié à Paris en commun avec Jean-Louis Borloo et Gérard Larcher, François Loos indique que "le crédit d'impôts pour la création de collections sera renforcé" et précise avoir signé jeudi "un contrat d'objectifs et de moyens (COM) pour le Centre technique du cuir" (CTC).
Par la voix de Didier Guillaume (PS), président du conseil général de la Drôme, les élus locaux se sont réjouis de "la réactivité du gouvernement, qui a répondu de suite à notre appel".
Les ministres "ont pris la mesure des difficultés énormes (de la région de Romans) et ils nous ont promis un traitement social du chômage", a souligné Didier Guillaume, en prévenant cependant : "Nous ne nous contenterons pas de mesurettes, nous voulons un plan de grande ampleur".

"La chaussure a encore de l'avenir"

"On attend pour voir les résultats concrets. Ils nous ont annoncé l'activation de toutes les procédures existantes, mais il faut des résultats concrets dans l'accompagnement social", a également souhaité le maire (PS) de Romans, Henri Bertholet.
Ce dernier a souligné qu'il ne fallait pas "oublier de consolider ce qui existe sur place, car oui, la chaussure a encore de l'avenir à Romans".
Longtemps considérée comme la capitale de la chaussure de luxe, l'agglomération de Romans, qui accuse un taux de chômage de 16,7%, a subi deux coups durs cette semaine avec la liquidation judiciaire de Stéphane Kélian Production, entraînant la suppression de 143 emplois, et la mise en redressement judiciaire mercredi de son concurrent Charles Jourdan, qui menace 430 emplois

 

Publié dans Ma ville : Valence

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article