Valence : Conseil Municipal, AOSAV et Mandela au menu

Publié le par Valentin

Le Conseil Municipal est revenu sur deux sujets que j'ai déjà abordé sur ce blog : l'ASOAV et la MJC Mandela.

Sur le 1er point, le public dans lequel je faisais parti a pu découvrir un Pierre-Antoine MOLINA nouveau, humain et passionné de foot, allant même jusqu'à citer dans son intervention des phrases de... Jean-Michel LARQUE. Et oui, tout arrive ! A ce moment là, le footballeur a pris le pas sur l'élu... Le passionné a effacé le raisonné. Raison qu'a gardé l'Adjoint au Sport Nicolas DARAGON, dans sa réponse à M. MOLINA. L'élu socialiste a vivement critiqué l'attitude de la municipalité qui, selon lui, n'a pas bougé le petit doigt pour sauver le club, notamment financièrement. M. MOLINA aurait souhaité que la Ville s'engage à combler les 10 millions de Francs (pardon, les 1,5 millions d'euros) que l'équipe dirigeante du club avait creusé. Quant à M. DARAGON, il a tout simplement rappelé que la Ville ne pouvait renflouer un club professionnel : c'est la loi ! Mais que, cependant, la Ville a toujours été aux côtés du football à Valence, amateur et même professionnel (avant que la loi ne l'interdise). Il a rappelé également que la Ville a été aux côtés du club à chaque moment important de la descente aux enfers... Bref, vous l'aurez compris, ces deux là n'étaitent pas d'accord. Leur seul point commun (mis à part Iznogoud : chacun voudrait dans un futur proche pour l'un et éloigné pour l'autre, être calife à la place du calife) est la tristesse et le regret qu'ils ont pu exprimé sur la mort de l'ASOAV. Et les deux élus étaient sincères... Bref, ce retour dans un passé pas si éloigné n'aura de toute façon pas permis de faire ressusciter l'ASOAV... Snif !

Sur le 2ème point, si M. BOCHATON, élu communiste, avait pu entonner un "on a gagné, on a gagné" il l'aurait bien evidemment fait puisqu'enfin un terrain d'entente avait pu être trouvé entre la Mairie de Valence et la MJC. Mais Léna BALSAN et Noubar KECHICHIAN ne l'ont pas entendu de cette oreille, souhaitant remettre les pendules à l'heure. Mme le Maire n'a pas apprecié du tout la "fanfaronnade" de M. BOCHATON, menaçant même de demander à sa majorité de voter contre cette délibération. Résultat : l'opposition municipale n'a plus "broncher" sur ce sujet. L'autorité (rare) de Mme le Maire a eu l'effet escompté. Et Noubar KECHICHIAN, son adjoint en charge du dossier, de rajouter et de reprocher à l'opposition et notamment à M. BOCHATON d'avoir "bushisé" ce débat, expression qui a détendu l'atmosphère et fait sourire les élus présents. En clair, M. KECHICHIAN, lui aussi enervé, n'a pas accepté que l'opposition stigmatise la position de la municipalité, faisant croire qu'elle était l'axe du mal, contre le bien. God Bless Valentia ! 

 

Publié dans Ma ville : Valence

Commenter cet article